CEGIDD : ouverture d’une antenne à Segré

Santé sexuelle : ouverture d’une antenne du CeGIDD à Segré
Le Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et Diagnostic (CeGIDD 49) du CHU d’Angers dispose désormais d’une antenne à Segré-en-Anjou-Bleu au pôle santé Simone Veil rue J. Cugnot à Segré.
Des consultations dédiées à la santé sexuelle et des dépistages gratuits y sont proposés, chaque jeudi (les semaines impaires). Cette antenne segréenne participe ainsi à l’amélioration de l’offre de prévention, de dépistage et de soins en matière de santé sexuelle.
Chaque jeudi des semaines impaires, les professionnels de santé du CHU d’Angers proposent désormais aux habitants du Nord Anjou un conseil personnalisé sur les risques liés à la sexualité dans une approche globale de santé sexuelle.
Le CeGIDD de Segré, situé au sein du Pôle santé Simone-Veil, permet la réalisation du dépistage du VIH et des hépatites virales B et C ainsi que le dépistage et la prise en charge des autres Infections Sexuellement Transmissibles (IST) notamment les gonocoques, les Chlamydia et la Syphilis. Il réalise également la vaccination des IST à prévention vaccinale (hépatite B, papillomavirus).
Au-delà des dépistages et du traitement des IST (Infections Sexuellement Transmissibles), les équipes du CeGIDD 49 informent et orientent les usagers dans les domaines de la santé reproductive, de l’orientation sexuelle ou encore de la lutte contre les violences sexuelles.
Gratuites et ouvertes à tous, les consultations peuvent se faire au choix, de manière nominative ou bien anonyme. Inutile d’être à jeun mais les personnes souhaitant se faire dépister, sont invitées à se munir de leur carnet de santé/vaccinations et de leur résultats antérieurs.
Cette antenne segréenne du CeGIDD 49 fonctionne en partenariat avec le Centre hospitalier du Haut Anjou, et différents services du CHU (dermatologie, microbiologie et hépatologie).

Le CeGIDD en chiffres
3 000 personnes ont bénéficié d’un dépistage d’IST ;
Environ 6 000 consultations ont été réalisées ;
9 % des personnes dépistées se sont révélées porteuses d’IST.