Aux éclats…

Par la cie Nathalie Béasse

Vendredi 6 novembre à 20h30 au Cargo
Durée : 1h
Discipline : pluridisciplinaire
Tarif : 17€ et 12 € réduit

billetterie en ligne Attention, toutes les places ne sont pas en vente sur internet ! Si ce spectacle indique « complet » n’hésitez pas à contacter le service culturel (02 41 92 31 89) !
Tout public à partir de 11 ans

« Je vais poursuivre mon travail autour de mes thématiques de prédilection, autour de l’humain, de ses débordements, ses empêchements… je vais continuer à travailler avec le corps, l’espace, la présence et toute la matière du théâtre.
Je vais continuer à creuser l’apparente intranquillité de l’humain, en prenant les mots au sens premier, et regarder ses « dérives », ses « failles », en travaillant sur le plein, le trop-plein…
Proche de l’installation, proche du cinéma, je continue à chercher un langage, à construire des histoires de gens, pour faire palpiter notre coeur.
Ils sont trois hommes à tirer les ficelles de cette histoire, trois sortes de « buster keaton ». Les regarder tomber et se débattre à en mourir de rire, les regarder franchir les obstacles à en pleurer. »  Nathalie Béasse

Nathalie Béasse nous convie à ce retour à l’enfance de façon infiniment poétique, émouvante, mais aussi travaillée au millimètre près. Rien d’improvisé, c’est de la chorégraphie-théâtre qui laisse le spectateur émerveillé. L’artiste se permet tout, nous fait rire et pleurer tout au long du spectacle. Elle a choisi trois artistes magnifiques à voir bouger, danser ou jouer la comédie, ils nous emmènent dans les délires de l’enfance. Mais aussi dans les angoisses venues du fond des âges, de la Préhistoire (…) Le tragique de la vie affleure sous le rire franc. OUEST FRANCE le 6/11/2019

Distribution :
conception, mise en scène et scénographie Nathalie Béasse
avec Etienne Fague, Clément Goupille, Stéphane Imbert
lumière Natalie Gallard, musique originale Julien Parsy
régie son Tal Agam, Nicolas Lespagnol-Rizzi, régie plateau Max Belland,
construction décor Julien Boizard, Corine Forget, Philippe Ragot